Wissem 16 ans

Nous vous remercions pour les messages et commentaires de soutiens adressés à la Famille de Wissem.

Cependant nous sommes contraints de couper les commentaires sur la vidéo, certains d'entre eux étant complètement déplacés, voire insultants envers la douleur qu'éprouve la Famille de Wissem. Visiblement la souffrance des autres en amusent certains. Pas nous. Merci de votre compréhension.

APPEL A TÉMOINS POUR WISSEM, 16 ANS, DISPARUE LE 31 JUILLET 2019

A EVRY (91)

Toute personne ayant des informations est priée de contacter le Commissariat d'Evry au 01 60 76 70 00.

N'intervenez jamais seul(e), ne mettez ni votre vie en danger, ni celle de la personne recherchée.

Prévenez immédiatement les autorités de Gendarmerie ou de Police en composant le 17 ou 112. Merci.

Elle est partie à 7h30, a pris un bus en gare d'Evry-Courcouronnes pour rejoindre Villabé où elle avait débuté un mois plus tôt un contrat d'apprentissage pour devenir esthéticienne. Mais ce 31 juillet, Wissem Abdelaoui, 16 ans, n'est jamais arrivée dans les locaux de Body minute, l'enseigne qui l'avait recrutée. Plus de deux mois plus tard, ses parents sont toujours sans réponse. « Ce jour-là, c'est son patron qui nous a alertés à 16 heures, se souvient Samira, sa maman. Il a su par d'autres employés de Wissem n'était pas venue travailler. Il a dit que cela ne lui ressemblait pas. »

Grâce à une application installée sur son téléphone portable, les parents parviennent à géolocaliser l'Iphone de l'adolescente. Il se trouve à Bezons (Val-d'Oise). Le père de Wissem s'y rend. « On avait même l'allée précise, mais il n'a rien trouvé », reprend Samira. Ce sera la dernière position supposée de la jeune fille. Son portable est, depuis, toujours éteint.

« Je ne sais ce qu'elle aurait pu faire à Bezons, reprend la maman. Elle ne connaissait personne là-bas ». L'enquête a d'abord été confiée au commissariat d'Argenteuil (Val+d'Oise) avant d'atterrir sur le bureau des policiers d'Evry-Courcouronnes dans le courant du mois de septembre. Le 9 septembre, Wissem devait reprendre les cours mais elle était absente.

SOLIDARITÉ ALERTE © MOBILISATION A LA DÉFENSE.

Parallèlement, ce samedi, les proches et l'association Solidarité alerte spécialisée dans les disparitions inquiétantes, ont distribué des tracts et montré la photo de Wissem dans le quartier de la Défense (Hauts-de-Seine).

« Samedi prochain, nous mènerons une action similaire, certainement du côté des Halles à Paris », explique Alexandre Castel, président fondateur de cette association.

C'EST UNE AFFAIRE QUE NOUS PRENONS AU SÉRIEUX.

« Nous sommes dans l'inquiétude la plus totale, reprend Samira. Elle a déjà fugué une seule fois dans le passé pendant 12 heures. Elle avait disparu de l'internat. Mais c'est la première fois qu'elle ne donne pas de nouvelles depuis aussi longtemps. Pour moi, elle a fait une mauvaise rencontre. Elle s'est coupée de ses amis, a fermé ses comptes sur les réseaux sociaux. On ne la trouve plus sur Snapshat par exemple ». La maman poursuit : « Wissem est très fragile et influençable. Elle avait un petit ami mais lui non plus n'a plus de nouvelles ». Alexandre Castel continue : « Le problème, c'est qu'on a rien. Aucune piste malgré les appels relayés sur les réseaux sociaux, le porte à porte dans les centres commerciaux, les affiches qu'on a mises partout. Personne ne l'a vue. »

ILS NE VIVENT PLUS QUE POUR RETROUVER WISSEM.

Samira et Mahi, les parents de cette adolescente de 16 ans sillonnent l'Ile-de-France l'espoir chevillé au corps. Ils distribuent des avis de recherches dans les centres commerciaux de la Défense (Hauts-de-Seine) et du Forum des Halles (Paris), les placardent dans les halls d'immeuble autour d'Evry-Courcouronnes. Trois mois qu'ils cherchent sans trouver.

Samedi prochain, ils organisent un rassemblement à l'entrée du centre commercial Evry 2 pour sensibiliser les chalands.

«Et aussi dire que ça n'arrive pas qu'aux autres », souffle le papa.

Ils seront aux côtés de l'association Solidarité alerte qui soutient les familles lors de disparitions et qui explique : le rassemblement, à la demande de la maman et du papa de Wissem aura pour but de se mobiliser pour leur fille, mais aura aussi pour but de sensibiliser, de prévenir, et de soutenir, toutes les familles dont les enfants ou adolescents ont disparu. Nous devons soutenir ces familles qui attendent sans parfois, ne plus rien espérer, mais qui continuent le combat, sans jamais relâcher.

Où est Wissem Abdelaoui, cette adolescente âgée de 16 ans originaire d'Évry-Courcouronnes disparue le 31 juillet dernier? Que s'est-il passé sur le chemin de l'entreprise de Villabé qui l'avait recrutée dans le cadre de son contrat d'apprentissage? Va-t-elle bien?

EST-ELLE EN DANGER? A T'ELLE FUGUÉ ?

Toutes ces questions, de plus en plus de gens se les posent. Samedi après-midi, ces mêmes interrogations étaient sur les lèvres et parfois dans les larmes d'une trentaine de personnes, dont une grande majorité de mamans, rassemblées devant l'une des entrées du centre commercial Évry 2.

Elles étaient réunies autour de Samira, la mère de Wissem, venue avec plusieurs dizaines d'exemplaires de l'avis de recherche qu'elle a déjà diffusé largement, pas seulement à Évry-Courcouronnes.

Désemparée, Samira n'a aucune nouvelle de sa fille depuis plus de trois mois. Si les marques de soutien lui regonflent le cœur, elle avoue qu'elle et son mari avancent dans le flou le plus total. « On ne sait pas où elle est, on ne sait pas avec qui, on n'a pas de témoin, la police ne nous dit rien, on ne sait pas par où commencer », résume-t-elle, se demandant si les enquêteurs font tout leur possible pour retrouver Wissem.

QUE DES FAUSSES PISTES

Les distributions de tracts et les messages Facebook, pourtant bien relayés, n'ont pour l'heure rien donné de concret.

« Nous n'avons aucun retour probant, que des fausses pistes », confirme un représentant de Solidarité alerte, une association spécialisée dans les disparitions inquiétantes, qui apporte son appui à la famille.

Inquiète, Morganne l'est aussi. Âgée de 16 ans, cette ancienne camarade de classe de Wissem la décrit comme « trop gentille, très influençable, elle fait confiance très facilement ». À ses côtés, Virginie, sa maman, se met, autant que faire se peut, à la place de Samira. « Je ne comprends pas que cela n'avance pas », souffle-t-elle, prête à revenir apporter son soutien de nouveau.

4 MOIS QUE WISSEM A DISPARU ET TOUJOURS AUCUNE NOUVELLE.

Ses parents reçoivent en revanche de très nombreux messages de médiums qui leur indiquent de fausses pistes.

L’adolescente a disparu le 31 juillet alors qu’elle avait quitté son domicile de d’Evry-Courcouronnes pour se rendre à Villabé où elle travaillait.

Samira, la maman de Wissem 16 ans, qui a disparu entre Evry-Courcouronnes et Villabé le 31 juillet, est passée le 19 novembre dernier dans l'émission Crimes et faits-divers de Jean-Marc Morandini sur NRJ12.

Depuis, elle reçoit de nombreux messages.

« J'ai eu une vingtaine de médiums qui m'ont contactée après cette émission pour me dire par exemple que ma fille était morte le 12 août et que son corps se trouvait à une adresse à Bezons. J'y suis allée, il s'agit d'un immeuble en construction. Il n'y avait pas de corps mais que des ouvriers ».

Bezons, c'est le dernier endroit où a borné le téléphone portable de l'adolescente qui s'est mystérieusement évanouie dans la nature. « A part ces messages, nous n'avons aucune nouvelle crédible malgré les appels à témoins », poursuit la maman.

LA SÛRETÉ DÉPARTEMENTALE DE L'ESSONNE SAISIE.

Le 31 juillet dernier, Wissem doit se rendre chez Body minute dans le centre commercial de Villabé où elle a commencé à travailler début juillet en vue d'une formation d'esthéticienne en alternance.

L'adolescente est partie à 7h30 de chez elle pour aller prendre le bus en gare d'Evry-Courcouronnes.

Elle n'est jamais arrivée dans le centre de beauté. Ce n'est que vers 16 heures que les parents sont alertés de la disparition de leur fille. Le patron les appelle. Il vient d'apprendre par des employés que Wissem n'est pas venue travailler.

L'enquête a été confiée à la sûreté départementale de l'Essonne après avoir été pendant un mois sur le bureau des policiers du commissariat d'Argenteuil, la dernière trace GPS menant à Bezons.

Solidarité Alerte © 2012

Solidarité Alerte © 2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site